jeudi 4 novembre 2010

Hor ch'el ciel e la terra e'l vento tace


Hor ch'el ciel e la terra e'l vento tace, madrigal à six voix sur un poème de Pétrarque,
fait partie du Huitième Livre des Madrigaux de Claudio Monteverdi.

La deuxième partie du madrigal s'intitule Cosi sol d'una chiara fonte viva.





Écoutez cette superbe interprétation du Concerto Italiano sous la direction de Rinaldo Alessandrini

Partitions et fichier midi sur CPDL
Partition et midis (en voix séparées) sur ICMM



Partition et fichier midi sur CPDL

Traduction du texte en français

Alors que le ciel et la terre et le vent se taisent
Et que les fauves et les oiseaux par le sommeil s'assoupissent
La nuit sur son char étoilé fait sa révolution
Et dans son lit la mer étale, repose.


















Je veille, je songe, je brûle, je pleure, et celle qui me hante
Est celle qui me détruit pour ma douce peine.
Guerre est mon état, colère et cruel tumulte;
Et ce n'est qu'à sa pensée que j'obtiens un peu de paix.






















Telle une claire et riante fontaine
Qui dispense le doux et l'amer auxquels je m'abreuve,
Une main seule me panse et me blesse

Afin que mon martyre jamais ne s'achève
Mille fois le jour je meurs, mille fois je renais.
Que de mon salut je demeure éloigné







Aucun commentaire:

L'opéra imaginaire

Loading...