jeudi 29 octobre 2009

Jesu dulcis memoria


Voici une autre autre oeuvre attribuée à Tomás Luis Victoria, mais dont l'authenticité demeure controversée.

Les fichiers MIDI (en voix séparées) et la partition se trouvent sur la page de Nancho Alvarez. Un site qui vaut d'ailleurs le détour pour qui s'intéresse au compositeurs espagnols (Guerrero, entre autres), à la musique ancienne ou au baroque. Le site est en anglais et en espagnol.

Une autre partition se trouve ici.









La traduction en anglais du texte latin

Jesus, sweet remembrance,
Granting the heart its true joys,
But above honey and all things
Is His sweet presence.

Nothing more pleasing can be sung,
Nothing gladder can be heard
Nothing sweeter can be thought
Than Jesus, son of God.

Jesus, hope of the penitent,
How merciful you are to those who ask,
How good to those who seek,
But O, what you are to those who find!

Tongue has no power to describe
Nor writings to express
But only belief can know by experience
What it is to love Jesus.

Be our joy, O Jesus,
Who will be the prize we win,
May all our glory be in you, always
And through all ages.
Amen.


La traduction en français


O Jésus, ton seul souvenir
Emplit le cœur d’un doux plaisir,
Mais ta présence est d’un tel goût
Qu’elle surpasse et miel et tout.

Il ne peut rien se prononcer,
Chanter, s’entendre ou se penser,
Qui soit plus doux, qui plaise plus
Que ton seul nom, Seigneur Jésus.

Jésus, espoir du pénitent,
Te pri-e-t-on, tu es clément
Te cherche-t-on, on est sauvé,
Heureux celui qui t’a trouvé !

Qui jamais a pu exprimer
Ce qu’est, Jésus-Christ, de t’aimer ?
Pour le croire il faut l’éprouver,
Pour le savoir, le savourer !

Jésus, Seigneur, sois notre joie,
Toi qui deviendras notre Roi,
Accorde-nous ta gloire enfin
Dans tous les siècles, dans ton sein !












Aucun commentaire:

L'opéra imaginaire

Loading...